Cage à crinoline pour robe victorienne

Ces temps moroses, qui trainent en longueur m’ont donné envie de recommencer à rêver et à créer, sans attendre une invitation à un éventuel carnaval/fête/halloween qui ne vient pas…!

Du coup, ni une ni deux, j’ai commencé un looooong projet qui me fait envie depuis longtemps : une robe mode victorienne avec beaucoup d’ampleur, de froufrous, de détails, etc etc!

Pour la commencer, il faut entamer par ce que je qualifie « d’architecture » de la tenue, c’est à dire tous les dessous : corset, jupons, crinoline etc… En étudiant un peu la question, j’ai penché pour une cage à crinoline qui donnerait le volume dont j’avais envie pour un poids raisonnable (plutôt que d’empiler plein de jupons…). 

Pour la petite histoire, la crinoline a été inventée en 1856 pour remplacer justement l’empilement des jupons, beaucoup trop lourds et trop chers (le tissu était très onéreux). C’est en 1863 que la version elliptique de la crinoline apparait, avec un décentrement vers l’arrière. A la fin des années 1860, la tournure remplacera l’usage de la crinoline… Cette cage n’a donc été à la mode qu’une petite quinzaine d’années! ;)

Pour me simplifier la tâche, j’ai choisi un modèle de chez Truly Victorian, le TV142 (1856 Walking cage Crinoline).
Première erreur, car je voulais plutôt une cage à crinoline elliptique, c’est à dire avec le volume de la crinoline décentré vers l’arrière… A priori, le modèle existe dans cette collection de patron, mais mon dealer ne l’avait pas!

Qu’à cela ne tienne, j’ai donc adapté le patron que j’avais et j’ai rajouté cet empiècement en demie lune sur l’arrière, avec tout un jeu de rubans qui vient se plaquer sur les fesses, pour réussir à décentrer le volume!

© Copyright 2021 – Kallou – Les photos ne sont pas libres de droits.

Je vous passe la centaine de couture qu’il a fallu faire à la main pour fixer les rubans sur les goussets dans lesquels sont maintenues les baleines…! Mais le volume est bien décentré, comme je le voulais!

J’ai rajouté le cerceau du bas à postériori, car je n’ai pas songé un instant que les femmes de l’époque devaient plutôt faire 1,60m et non 1,75m… et ça me donnait l’impression d’aller un peu à la pêche, vu que le bas de la cage selon le patron m’arrive à mi-mollets…!

J’ai utilisé des baleines en plastique, et je pense qu’il aurait été préférable d’utiliser une version en acier : la cage manque un peu de poids et donc de plombé… C’est dommage… Mais je saurai pour la prochaine fois! ;)

Idem pour la taille : j’aurai dû choisir la taille du dessous pour que le laçage soit joli et ne se chevauche pas comme ici… Je craignais de ne pas pouvoir rentrer dedans! lol!

Au final, elle fera quand même très bien l’affaire pour ma tenue! Je vais coudre un jupon avec quelques kilomètres de fronces pour atténuer les éventuelles marques des cerceaux sur la jupe finale.

Et un immense merci à mon ami photographe Pascal, pour ces belles photos : c’est très compliqué d’arriver à se prendre en photo avec un tel volume! ^^

☁ Bonne semaine à tous et vivement la fin du confinement pour refaire la fête!! ☁

0

Les commentaires sont fermés.

Aquarelle « autoraté »

Il y a les autoportraits, les autodafés, les autopsies…. et les autoratés!!

L’autoraté, faisant autorité en matière de foirage typique de l’autodidacte, l’autodafé fut prononcé avec autorité!

L’autopsie automatisée des croûtes à l’eau révéla une anomalie oculaire grave, une dysmorphie labiale sévère et diverses mauvaises autoévaluation des proportions du visage…


© Copyright 2020 – Kallou – Les photos ne sont pas libres de droits.

L’autochtone, perdu dans son propre reflet, autorise l’autodestruction par l’oubli de l’autoraté.

L’autosatisfaction en berne, il n’y a plus qu’à faire son deuil…. et recommencer !!

**(mon premier essai d’autoportrait, j’avoue, et mon second portrait à l’aquarelle… ;) Donc, quelques circonstances atténuantes à ce raté!  )

1
  1. Luce77 dit :

    J’adore l’écriture de ton post … pourquoi autant d’autocensure … !
    Je trouve que l’autodidacte que tu dis être devrait plutôt s’autosatisfaire ! Devant autant d’autodétermination … Je t’autorise à continuer l’aquarelle et à afficher tes autoportraits sur la toile (internet) !

Aquarelle « La guerrière »

Les derniers jours ont été difficiles … Il m’a fallu accompagner ma maman chérie dans ses derniers jours, fauchée par une maladie fulgurante et qui nous a parue si injuste…
Pendant ces quelques jours hors norme, j’ai peint cette guerrière, courageuse et déterminée, comme ma maman a pu l’être face à la maladie.

Je vous la partage aujourd’hui, puisse-t-elle éclairer le chemin de celles et ceux, toujours trop nombreux, qui doivent prendre les armes et se battre contre les maux de la vie.
© Copyright 2020 – Kallou – Les photos ne sont pas libres de droits.

Je vous montrerai prochainement d’autres aquarelles réalisées dans la même veine.
Bon week-end à tous!

7
  1. Lauriane dit :

    Je te présente toutes mes condoléances

  2. Brigitte OUEI dit :

    Je vous présente toutes mes condoléances et vous souhaite tout le courage nécessaire pour surmonter cette difficile épreuve.
    Avec toute mon amitié.
    Bibi58

  3. Corinne dit :

    De tout Coeur avec toi Kallou

  4. martine 94 dit :

    Une grande pensée pour vous , ces moments sont toujours difficiles.
    Bien jolie guerrière

  5. MimiCoeur dit :

    Toutes mes condoléances.
    Je comprends ton déssaroi. Ma maman est elle aussi décédée d’une maladie fulgurante au mois de juin.
    En environ 18mois et un faux espoir un cancer inflammatoire l’a enlevé à ses proches.
    Je te souhaite à toi et aux tiens beaucoup de courage dans les prochaines étapes.
    ♥️
    Que ton étoile repose en paix.

  6. helene dit :

    Des moments douloureux que nous connaissons tous et que je partage
    toutes mes pensées pour cette épreuve

  7. chantal dit :

    jr ressens de la peine, pour vous , apres cette nouvelle, j’espere que vous etes bien entouree, cela peut aider á surmonter son chagrin.
    Votre aquarelle est tres reussie.

Jupe Bohème en lin moutarde

The Jupe to sew en ce début d’année et que vous avez certainement déjà vue passer sur vos feeds!

Bref, j’ai fait le mouton et j’ai cousu une Jupe Bohème de Vanessa Pouzet! Bêêêêh! (en même temps, vu le nom du blog, on pouvait s’y attendre!).

Ma principale difficulté a été de choisir le tissu dans lequel la coudre…. :

- en coton? Mouais, Vu que c’est une jupe portefeuille, elle est censée s’ouvrir et on voit donc l’intérieur de la jupe, forcément blanc sur des cotonnades…

- en velours milleraies? Peut-être un peu rigide comme tissu pour un bon tombé…
- En viscose? Ouais, bonne idée!…. Ah! mince! Aucun coupon de 3 mètres de dispos dans ma tissuthèque!!
- en double gaze? Peut-être un peu vaporeux et j’ai un doute sur le tombé…
- en lin? Ah tiens, oui, pourquoi pas!? Merveilleux, il me reste un coupon de 5 mètres en lin moutarde!!
Et c’est parti!

(le post en entier en cliquant sur lire la suite!) Continuer la lecture

3
  1. Fanou dit :

    J’adore, j’adore… Et la forme de la jupe, et la couleur.
    Hate de voir la seconde avec les fleurs de ta grand mere

  2. AxelleC dit :

    Très jolie, j’adore la couleur !

  3. Crécelle dit :

    C’est très réussi. Bravo!